Lundi diadème

Oui, je vends des paillettes. Des millions de paillettes. Qui gravitent autour de moi, tournoient près des gens que j’apprivoise et brillent dans les yeux de ceux que je cible. Mon job ? Non je ne suis pas agent secret, ni chasseuse d’Hommes et encore moins une fée. Je suis RP. Attachée de presse, en fait.

J’évolue chaque jour dans le monde merveilleux qu’est celui de la presse et des journalistes. Monde (parfois) impitoyable où viser plus juste que les autres s’avère être… primordial. S’il le faut, je ferais en sorte que ma montre Casio (plus tout à fait neuve) fasse la couverture de Vogue à la place du dernier bébé d’un grand horloger Suisse, je ferais en sorte que tu tombes amoureuse du dernier des loosers ou te convaincrais que les hommes viennent de Vénus et les femmes de Mars. Et oui. Ça sert à ça toutes les paillettes dont je vous parlais, qu’est ce que vous croyez !

Sauf que certains jours, littéralement agressée par ce monde, ma magie s’éteint. Plus de paillettes et de jolis papiers cadeaux multicolores pour chaque objet que je touche. La Bridget-so-happy-and-wonderfull s’évapore. Pouf, elle disparait, d’un coup d’un seul. Me laissant seule face à une orde affamée de journalistes prêts à me dévorer !

Me faire avoir oui : une fois mais pas deux. Un jour de ces rares moments de détresse et loin de me laisser abattre, j’ai sorti de mon chapeau – avec le peu de poudre magique qu’il me restait – un remède de princesse ! Au sens propre du terme hein ? Incongrue, enfantine et revigorante : la journée du diadème serait mon nouvel allié.

Une fois cette jolie couronne remplie de strass sur ma tête, plus rien ne peut m’atteindre. Même plus peur ! Chaque « diamant » (oui, je mets des guillements parce que si c’étaient de véritables diamants, je scintillerais déjà comme la tour effeil à minuit pile!) me fait à nouveau briller de mille feux et hop ! À moi la magie, la bonne humeur et le fu**ing-amazing-day disparus quelques minutes plus tôt.

Bref, aujourd’hui était un de ces jours pas marrants où le monde de la presse s’est écroulé sur ma tête, me privant presque d’oxygène. Alors, c’était un lundi diadème. Un lundi présageant une belle fin de semaine, non mais !

Et puis attachée de presse, au final est-ce que ce ne serait pas être à la fois un agent super secret, une chasseuses d’Hommes féroce et une fée espiègle ?

Capture d’écran 2014-04-14 à 16.06.55

Capture d’écran 2013-06-28 à 11.12.51

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s